Le groupe Picanol : Machines à tisser (362 m d'euros) + 45,6% de Tessenderlo (638 m d'euros)

Picanol est un groupe dont la capitalisation (au 08/01/21) est de 1,1 Mds d'euros. 

I - La structure du groupe Picanol : ce sont deux actifs (362 m d'euros + 638 m d'euros = 1,1 Mds d'euros)

i) une participation de 45,6% dans Tessenderlo valorisée à 638 millions d'euros (la capitalisation de Tessenderlo est de 1,4 Mds d'euros).

ii) l'activité d'origine de Picanol - fabrication de machines à tisser - valorisée 362 millions d'euros (1 Mds d'euros - 638 m d'euros = 362 m d'euros) dont 90 m d'euros correspondant à des liquidités inscrits à l'actif du bilan.

Picanol continue d'augmenter sa participation dans Tessenderlo : durant le 1er semestre 2020, Picanol a acheté 746 674 actions TESB pour une valeur totale de 19,3 m d'euros (au prix moyen de l'action à 25,9 euros). 

La dernière transaction date du 05/11/2020 : achat de 25 000 actions Tessenderlo au prix de 29,4 euros pour 735 000 euros (https://www.fsma.be/nl/verbrugge-nv-397)

 

II - Quelle est l'histoire entre Picanol et Tessenderlo ?

Pour mémoire, Picanol a acheté 27,5% du capital de TESB (Tessenderlo) en Novembre 2013 auprès de l'Etat Français, au prix de 22 euros par actions. En Novembre 2014, TESB a procédé à une augmentation de capital pour 175 m d'euros (émission de 10,592 millions d'actions à 16,50 euros). A l'issue de l'opération Luc Tack détient 30,2% du capital de TESB. Ce qui est intéressant ici, c'est de voir la dynamique des flux. Picanol, grâce à son activité de machines à tisser a généré un fort niveau de Free Cash Flow jusqu'en 2018 (environ 60 m d'euros en 2018 et 2017) qui lui a permis de détenir jusqu'à 170 millions d'euros de liquidités inscrits à l'actif de son bilan. Le cash en excès dans Picanol a servi à racheter des actions Tessenderlo. Plus de 6 ans après, Luc Tack a fait passer sa participation dans TESB de 30,2% à 45,6% du capital.

 

III - Focus sur la branche production d'électricité : une des cinq activités de Picanol et TESB 

Aujourd'hui, en prenant en compte les comptes consolidés des deux entités (Picanol et Tessenderlo) on a les cinq activités suivantes : 

i) Fabrication de machines à tisser (21,5% du CA, marge opérationnelle de 4%)  

ii) Fabrication, négoce et vente de fertilisants et de produits de protection des cultures (27,1% du CA, marge opé. de 19% sans effet de change)

iii) Production de gélatines, peptides de collagène, protéines et graisses animales (24,4% du CA, marge opé. : 10% sans effet de change)

iv) Fabrication de systèmes de gestion et de traitement de l'eau, systèmes miniers et industriels (23,9% du CA, marge opé. : 4% sans effet de change)

v) Production d'électricité (3,1% du CA, marge opé. : 26%) : en octobre 2018, le groupe achète une centrale au gaz à cycle combiné de 425 MW. Les centrales au gaz sont particulièrement flexibles, et sont perçues comme complémentaires aux sources d'énergies renouvelables.

On a ici une activité qui n'est pas du tout cyclique et dont le CA est stable du fait des contrats long-terme pour la fourniture d'énergie. Le contrat qui a été conclu en 2011 s'étale sur une durée de 15 ans. C'est une nouvelle activité du groupe qui permet de contrebalancer la cyclicité des autres activités. Cette activité a été financée par endettement, ce qui est  assez logique si on a des revenus et des profits qui sont stables et récurrents sur les prochaines années. Cette branche - même peu représentative en terme de CA - est très complémentaire aux autres, et a permis au Groupe de faire un peu d'effet de levier grâce à l'endettement. Cette activité a été achetée 313 millions d'euros pour 80% du capital (Tessenderlo détenait déjà une participation historique de 20%), dont 131 millions d'euros ont été versés aux actionnaires vendeurs, et 182 millions d'euros correspond à de la reprise de dettes financières. En 2017, l'activité a généré un CA de 69 millions d'euros pour un résultat net de 19 millions d'euros. L'acquisition s'est fait sur un multiple de 15 x les bénéfices environ, financé par de la dette.

On peut lire dans le dernier rapport semestriel, que le groupe entend  participer à la construction d'une deuxième centrale au gaz.

 

Résumé :

Ce qui est intéressant ici, c'est l'historique de la société. Comment d'une société de machine à tisser, Luc Tack a fini par racheter une participation dans Tessenderlo, pour en détenir jusqu'à 45,6 % aujourd'hui. Et comment à l'intérieur de Tessenderlo, il est en train de développer d'autres activités comme la production d'électricité, une activité qui génère une forte marge opérationnelle.

Ce qui est assez pertinent, c'est que les deux structures - Picanol comme Tessenderlo - détiennent suffisamment de cash et de liquidités à l'actif du bilan pour que: 

i) - Picanol continue à racheter des actions Tessenderlo

ii)- Tessenderlo continue à développer ses activités en croissance organique ou en croissance externe

 

 

                                                                                     AVERTISSEMENT 

Les opinions et le contenu partagés dans ce blog sont uniquement informatifs et éducatifs et ne doivent pas être interprétés comme une recommandation d'achat, de vente ou de tout autre type d'opération d'investissement, ou de demande de transactions ou de clients.

Les performances passées des stratégies ou des actifs exposés peuvent ne pas se poursuivre ou être incohérentes, et les actions ou obligations peuvent ne pas se comporter comme décrit.

Les informations contenues dans ce blog sont considérées comme adéquates, mais personne ne doit agir sur les informations qu'il contient. Il n'est pas recommandé à quiconque d'agir sur des informations d'investissement sans consulter au préalable un conseiller en investissement quant à l'adéquation de ces investissements à sa situation personnelle.

 

 

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés